2. Amélioration de la qualité de vie au Japon
Face au défi de la révolution cybernétique (1960-1970)

La décennie 1960-1970 fut celle des progrès des technologies d'automatisation et de l'émergence de la nouvelle société décrite par le Dr Norbert Wiener dans sa théorie de la « cybernétique ». Ces années nous ont donné un premier aperçu du confort et de la commodité offerts par l'automatisation.

RUBRIQUE

Rencontre avec l'automatisation et la cybernétique

Professeur Yoichi Ueno (1883-1957)
Dr Katsuzo Nishi (1884-1959),
à gauche, avec M. Tateisi

En 1952, le fondateur d'OMRON, Kazuma Tateisi, découvre deux nouveaux concepts : l'automatisation et la cybernétique. Il entend pour la première fois le mot « automatisation » lors d'une rencontre avec le professeur Yoichi Ueno, connu comme le « père des sciences administratives japonaises ».

La première rencontre de Tateisi avec la cybernétique a lieu lorsqu'il entend parler d'un livre intitulé « La cybernétique : information et régulation dans le vivant et la machine » par le Dr Katsuzo Nishi, fondateur du Nishi System of Health Engineering.

La rencontre de Tateisi avec ces concepts marque une étape décisive de l'avancée d'OMRON vers le marché très prometteur de la technologie de contrôle automatisé.

1963 : premier pas vers la cybernétisation

Développement d'un distributeur automatique de tickets

Distributeur automatique de tickets repas multifonction au grand magasin Daimaru (installé le 1er juillet 1963)

En 1963, OMRON apprend qu'un distributeur automatique et un changeur de billets seront exposés dans le pavillon américain du Salon international de Tokyo. Cela nous a incités à développer et à présenter un distributeur automatique et un changeur de billets capables de surpasser les produits fabriqués aux États-Unis, le leader de l'époque dans ce domaine.

Nous avons ensuite mis au point le premier distributeur automatique multifonction de tickets repas au monde, capable de délivrer trois types différents de tickets repas. La machine a été mise en service dans le grand magasin Daimaru de Kyoto. Ces développements ont ouvert la voie à la « Révolution cybernétique ».

1964 : résolution des problèmes de motorisation

Développement d'un feu de circulation automatisé

Feu électronique réagissant à la circulation à l'intersection de Kawaramachi et Sanjo à Kyoto

Dans les années 1960, la croissance de l'économie japonaise entraîne une augmentation de la circulation et crée un réel besoin de solutions de régulation pour prévenir les accidents et réduire les embouteillages. En réponse à une commande de l'Institut national de recherche en sciences policières, OMRON développe un système de détection des véhicules et de contrôle des feux. En avril 1964, un feu électronique réagissant à la circulation s'avère efficace lors d'essais sur le terrain à une grande intersection de Kyoto. OMRON développe ensuite un feu de circulation automatisé, une première internationale, mis en service à une intersection de Tokyo en juin de la même année.

OMRON améliore constamment sa technologie de contrôle des feux pour accroître les fonctions et élargir la zone de contrôle, jetant ainsi les bases du système actuel de contrôle de la circulation.

1967 : développement d'un système de gare ferroviaire sans personnel

Développement d'un système automatisé de contrôle des billets

Au milieu des années 1960, les attentes en matière de systèmes d'économie de main-d'œuvre augmentent dans tous les secteurs de la société. En réponse, OMRON commence à travailler sur un nouveau type de gare ferroviaire et, en 1964, lance le développement d'un portique automatisé de contrôle des billets pour les usagers, en collaboration avec la Kinki Nippon Railway.

OMRON met ensuite au point un portique automatisé de contrôle des billets capable de traiter à la fois les cartes des usagers et les billets de trains classiques pour la nouvelle gare Kitasenri de Hankyu Railway. Le premier système de gare ferroviaire entièrement automatisé (sans personnel) au monde est finalisé et mis en service en 1967.

La première gare ferroviaire entièrement automatisée au monde
(Hankyu Railway, Kitasenri Station)

1971 : avènement de l'ère du paiement dématérialisé

Développement d'un distributeur automatique de billets

Distributeur automatique de billets surnommé « Money Machine », livré aux États-Unis en 1969

En 1965, OMRON développe un distributeur automatique capable d'accepter les cartes de crédit en coopération avec Automatic Canteen Co., alors le plus grand fabricant de distributeurs automatiques des États-Unis. Par la suite, OMRON continue à développer de nouveaux systèmes de cartes, installant un distributeur automatique de billets hors ligne, fonctionnant avec une carte magnétique, à la banque Sumitomo en 1969. En 1971, nous livrons le premier distributeur automatique de billets en ligne du monde à la succursale centrale de la banque Mitsubishi. Ces développements sont à l'origine des systèmes de cartes magnétiques actuels et marquent le début d'une « ère du paiement dématérialisé » au Japon.

1974 : démocratisation des calculatrices de bureau

Développement de « l'OMRON-8 »

OMRON fait son entrée dans le secteur des calculatrices de bureau à la fin des années 1960, en réponse à la popularité croissante des calculatrices au Japon. En 1969, OMRON lance la plus petite calculatrice de bureau au monde, la CALCULET 1200. Le successeur de la CALCULET, le modèle OMRON 800 bon marché (plus connu sous le nom d'OMRON-8), contribue à l'adoption généralisée des calculatrices. La technologie LSI et d'autres technologies mises en œuvre par OMRON pour fabriquer les calculatrices stimuleront par la suite le développement de technologies de calcul et de contrôle avancées.

  • La CALCULET 1200 était la plus petite calculatrice de bureau au monde lors de sa commercialisation
  • Vente-trottoir de l'OMRON-8

1978 : utilisation de dispositifs électroniques pour gérer la santé

Développement de thermomètres et de tensiomètres numériques

Les clients du grand magasin Daimaru de Kyoto s'arrêtent pour vérifier leur tension artérielle

Au milieu des années 1970, OMRON crée un département dédié à « l'ingénierie de la santé » pour étudier les méthodes de collecte des données biométriques, un aspect essentiel de la gestion de la santé. Notre collaboration avec les associations médicales et les écoles de médecine des principales universités du Japon donne naissance à divers produits phares dans le domaine des soins de santé, tels qu'un tensiomètre numérique (lancé en 1978) et un thermomètre numérique (lancé en 1983).

RUBRIQUE

OMRON Taiyo Co., Ltd. : « Ce n'est pas un acte de charité, mais une opportunité ! »

Les lignes de production d'OMRON Taiyo ont été conçues pour s'adapter à des employés en situations de handicap diverses.

En 1971, lors d'une visite chez OMRON, le fondateur de Japan Sun Industries, le Dr Yutaka Nakamura, et l'écrivain et commentatrice sociale Chieko Akiyama demandent l'aide d'OMRON afin de créer une usine pour les personnes en graves situations de handicap physique. Le Dr Nakamura estime que les personnes en situation de handicap n'ont pas besoin de pitié, mais simplement de la possibilité de travailler. C'est ce qu'exprime la devise de Japan Sun Industries : « Ce n'est pas un acte de charité, mais une opportunité ! ». L'année suivante, OMRON et Japan Sun Industries créent conjointement OMRON Taiyo Co., Ltd. à Beppu, dans la préfecture d'Oita. Les activités d'OMRON Taiyo se développent, engendrant la création d'une seconde usine en 1981 et d'une autre coentreprise, OMRON Kyoto Taiyo Co., Ltd., en 1986.